Des Tigers se sont rendus à Paris, au siège de la LFP, ce mercredi 3 juillet. Avec l’objectif de faire connaitre leur mécontentement, plus particulièrement vis-à-vis de la commission de discipline.
Une action expliquée à travers un communiqué. Les ultras lensois expriment leur ras-le-bols contre les nombreuses sanctions (amendes, fermetures de tribunes, de parcages visiteurs…) infligées contre le RC Lens et contre les supporters tout au long de la saison, notamment pour usage d’engins pyrotechniques, mais aussi pour soutenir le supporter visé pour avoir lancé un chant jugé homophobe par le collectif Rouge Direct lors du derby à Bollaert contre Valenciennes le 12 avril dernier (0-0, 32e journée de Ligue 2). Il était entendu par la commission de discipline dans l’après-midi. Le club avait écopé au passage de 50 000 euros d’amende et d’un huis clos avec sursis pour la Marek. Le groupe de supporters fustige le fonctionnement de la commission de discipline à laquelle il reproche de s’attribuer « des prérogatives judiciaires » concernant la convocation du capo à l’origine du chant « alors qu’à ce jour, aucune suite judiciaire n’est en cours malgré les auditions ». « Il est temps de dire stop à cette commission », « stop aux fermetures de tribunes et de parcages », « stop au racket des clubs » ou encore « stop à l’interdiction totale des fumigènes », martèle notamment le groupe en conclusion de son communiqué.