À Nantes, les Sang et Or vont retrouver un attaquant qu’ils connaissent sur le bout des doigts.

C’est parfois la hantise des supporters. Voir partir un joueur pour un nouveau club, affronter ce club et voir son « ancien » marquer dans la rencontre. Parti à Nantes en toute fin de mercato après son aventure en Sang et Or, Ignatius Ganago a disputé deux rencontres avec les Canaris. Il s’est d’ailleurs illustré face à Lorient lors de la défaite de son équipe 3-2 (un but, une passe décisive). Aligné également la semaine en Europa League, il attend encore son premier but dans la compétition.

Se relancer

Le Camerounais a quitté l’Artois contre un chèque d’environ 4 millions d’euros. C’était déjà la somme qu’avait déboursé le RC Lens à Nice il y a deux ans pour signer l’attaquant. Déjà à ce moment, l’arrivée de Ganago s’apparentait à un pari. Parfois blessé, d’autres fois peu utilisé par le staff niçois, le joueur qui a aujourd’hui 23 ans souhaitait se relancer dans le cadre d’un nouveau défi. Son début de saison avait été tonitruant avec les Artésiens avant d’être blessé par un tacle lors d’un match face à Saint-Etienne. Et depuis ce jour, Ganago a eu du mal à retrouver sa place. Son rendement n’était plus aussi important. Et c’est quasiment dans les mêmes conditions qu’il décide de quitter Lens pour Nantes.

Un potentiel encore inexploité

Franck Haise revient sur son passage à Lens. « Cela fait un moment qu’il a été épargné par les blessures avec nous. C’est réglé. Depuis plusieurs mois il s’entrainait avec beaucoup de qualité et d’intensité. Il n’y a pas de raison que Gana ne continue pas sa progression. Ces derniers mois, je trouvais même qu’il avait enrichi sa palette par rapport à ses débuts avec nous, quand il marquait beaucoup. Après, il faut jouer, enchainer, mais il y avait la concurrence, comme il y en a à Nantes. Je suis persuadé qu’il va continuer à avancer. »

Présent avec Nantes pour cette rencontre, Ignatius Ganago sera l’un des joueurs à surveiller par les Sang et Or ce dimanche.