S’il y a des clubs plus pénalisés que d’autres par les mesures de huis clos, le RC Lens en fait indéniablement partie. Entre domicile et extérieur, on peut se demander s’il existe aujourd’hui une différence puisqu’il n’y a du soutien pour aucune des 2 équipes, mais lors d’un match comme celui de Montpellier, il est probable que les Héraultais se seraient montrés moins sereins après le retour des Lensois à 2-2 (2-3, 14e journée de Ligue 1)…
Pour l’entraîneur lensois Franck Haise, le temps sans public commence à sembler long. Il commente :
« On a forcément plus de repères chez soi mais ce qui est sûr, c’est que le huis clos, c’est un peu usant. Il y a une chose qui nous manque, c’est d’avoir un public pour se sublimer, peut-être pour mieux passer les temps forts et les temps faibles. Si on avait eu de nouveau notre stade plein avec le même scénario durant lequel on revient à 2-2, cela aurait été impactant pour nous mais aussi pour nos adversaires. Ça manque aux joueurs et ça me manque de vivre avec une vraie ambiance. Et ça dure. On ne peut pas s’y faire. »
Propos recueillis par Christophe Schaad