Après de longues négociations, Jonathan Gradit a pu être transféré de Caen vers le RC Lens avec un contrat de 2 années plus une en option. Le défenseur central polyvalent était présenté à la presse ce lundi. L’occasion de revenir sur sa découverte du Racing et un transfert qui a mis du temps à se dessiner.
Lensois.com : Jonathan Gradit, qu’est-ce qui a motivé votre venue au RC Lens en provenance de Caen ?
C’est le projet avant tout. Pour être honnête avec vous, je n’étais pas dans l’optique de quitter Caen en début de saison. C’est vrai que j’ai eu la chance, malgré des résultats décevants, de réaliser une plutôt bonne saison. Cela m’a ouvert la porte vers des projets intéressants. Celui de Lens est celui qui m’a le plus convaincu, notamment par l’intermédiaire de ses dirigeants. J’ai été pas mal de temps au téléphone avec Florent Ghisolfi. Il m’a convaincu, comme le coach. Cela fait très plaisir d’être là.
Pourquoi avoir choisi un club de Ligue 2 alors que vous aviez des opportunités en Ligue 1 ?
J’ai eu la chance d’être contacté alors que la saison avait été compliquée pour Caen. C’était déjà une bonne chose. J’avais l’opportunité de jouer dans un club de Ligue 1 mais qui jouait le maintien. En 2018-2019, même si cela s’est bien passé sur un plan personnel, collectivement c’était compliqué de revenir à la maison souvent avec des défaites, en étant frustré. Je me suis dit que je pouvais aussi vivre des bons moments en jouant une montée en Ligue 1. Avec un club comme Lens, c’est alléchant.
« J’ai douté mais j’avais confiance envers les dirigeants de Lens »
Les discussions ont duré plusieurs semaines, vos derniers moments à Caen ont-ils été faciles à gérer ? Avez-vous douté d’une conclusion heureuse ?
Ce serait mentir que de dire que c’était facile. J’ai beaucoup d’estime pour ce club qui m’a lancé en Ligue 1. Je savais très bien que les discussions allaient être difficiles car ce sont des clubs concurrents. Par rapport aux supporters aussi. J’étais assez apprécié et ça m’a fait un peu de mal que ça se termine comme ça. j’ai essayé d’être le plus droit possible envers Caen. Avant Lens, je n’envisageais pas de partir. Il y avait eu quelques désaccord avec la direction, mais rien de méchant. La motivation des dirigeants lensois et le discours du coach m’ont vraiment convaincu. Les dirigeants et notamment Florent Ghisolfi ont toujours été bien vis à vis de mois, on a eu beaucoup d’échanges. Je ne peux pas dire que je n’ai pas douté car quand c’est long, ce n’est jamais très bon pour un transfert. Oui j’ai douté, mais j’avais confiance envers les dirigeants de Lens pour qu’ils fassent le nécessaires.

Comment se déroule votre découverte du club ?

Ce n’est jamais facile d’arriver dans un club où une équipe est en place mais c’est facile de s’intégrer ici. Il y a vraiment un très bon état d’esprit. J’ai été surpris car c’est la première fois que je me sens à l’aise directement. Maintenant il faut encore du temps, ça ne fait que 3 ou 4 jours que je suis ici. Il va falloir un peu de temps mais je ne suis pas quelqu’un de difficile, je ne me fais pas de souci ! Je suis en mesure de jouer, j’ai fait 2 matches avec Caen, après le coach fera ses choix.
Propos recueillis par Christophe Schaad