Ce lundi, le RC Lens a officialisé la création de son équipe féminine à Arras. Le choix du beffroi d’Arras n’était pas anodin pour cette présentation car la genèse de cette nouvelle formation est le fruit de l’intégration de l’Arras Football Club Féminin.

Ainsi, le président du RCL Joseph Oughourlian était entouré du maire d’Arras, Frédéric Leturque ainsi que de la nouvelle manageure et entraineure de l’équipe féminine Sang et Or, Sarah M’Barek.

Le Maire d’Arras a ouvert la conférence de presse indiquant être fier de ce mariage : « C’est le club qui nous fait vibrer, une grande partie de la région des Hauts-de-France ainsi que de nombreux amoureux de football. L’image de marque du Racing dépasse les frontières et c’est une grande fierté d’être associé au Racing Club de Lens […] Le sport au féminin sur Arras à beaucoup de valeurs avec un engagement fort de la ville« .

Joseph Oughourlian a souligné l’importance de ce mariage à ces yeux : « C’est un immense plaisir et un vrai bonheur d’être présent dans ce beffroi d’Arras. C’est un mariage entre ce beffroi et le stade Bollaert, c’est une belle image entre ses 2 composantes de la région. Ce mariage n’est pas un hasard, c’est le fruit d’une longue réflexion. Je n’imaginais pas le RC Lens sans une une section féminine. Ce fut une réflexion dès que j’ai repris l’actionnariat du club. Nous sommes ambitieux, mais on y va de manière sûre et maitrisée. C’est une fierté d’avoir Sarah avec nous. Autour d’elle, va se former une équipe qui va montrer beaucoup de talents et d’ambitions. On se donne plusieurs années pour monter en Ligue 1 et les moyens seront là. »

Sarah M’Barek a évoqué son nouveau challenge avec le Racing : « Je suis très contente d’être là. On va tout mettre en oeuvre pour installer une continuité avec le travail effectué auparavant. Je suis là pour apporter mon expérience. je suis quelqu’un de très exigeante. Je vais avoir beaucoup d’attentes envers mes joueuses. Nous avons un objectif de monter en première division. Nous sommes conscientes du travail effectuée. »

Propos recueillis par Mickaël Nys