Le RC Lens va tenter de renouer avec la victoire ce samedi face à Caen pour le compte de la 26e journée de Ligue 2 (15h, à suivre en direct sur Lensois.com et diffusé en intégralité sur BeIN Sports 1). Gardien du RC Lens, Jean-Louis Leca espère une réaction de son équipe afin de repartir sur de bons rails. Entretien.

Lensois.com : Jean-Louis Leca, Yannick Cahuzac a parlé de fautes professionnelles à Châteauroux (3-2, 25e journée de Ligue 2). Quel est votre avis ?
Jean-Louis Leca : Je ne parlerais pas de faute professionnelle à Châteauroux. Nous avons eu un trou d’air de 20 minutes, mais on ne lâche pas. On doit revenir au score, j’espère que les erreurs d’arbitrage s’arrêteront car ça commence à faire beaucoup. Il est difficile d’expliquer ce trou d’air pendant 20 minutes qui nous plombe le match. Si on n’a pas ce trou d’air, on gagne le match.

Cette défaite est tout de même ennuyeuse pour le RC Lens
Toutes les défaites sont ennuyeuses. On sait très bien que l’on va perdre des matches pendant une saison, mais c’est plus ennuyeux de perdre des matches de cette façon-là. Sans ses erreurs là, Châteauroux ne nous met pas en difficulté. C’est à nous de passer à autre chose. C’est à nous de montrer que l’on peut réagir, on l’a déjà fait dans le passé. J’espère que l’on va s’atteler à le faire sur le prochain match et les 13 rencontres à venir.

« Si on gagne les 13 prochains matches, personne ne peut nous rattraper »

Comment expliquez-vous ce début d’année 2020 compliqué ?
J’ai l’impression que ça ressemble beaucoup à notre début de saison où sur les 3 premiers matches, on a un parcours correct au niveau des points, mais ce n’était flamboyant dans le jeu. On avait pris la foudre contre Le Havre et contre Troyes puis on s’était remis dedans. Le démarrage est un peu poussif depuis le début d’année civile. C’est très contradictoire car nous avons réussi à prendre des points tout de même. Cette gifle à Châteauroux va nous faire du bien car cela montre qu’il faut mettre le bleu de chauffe et ne pas laisser les adversaires revenir. Il n’y a pas le feu au lac. Nous avons toujours 2 points d’avance. Nous avons toujours notre destin entre nos mains. Si on gagne les 13 prochains matches, personne ne peut nous rattraper. »

Comment avez-vous relevé la tête en début de saison ?
On avait eu une prise de conscience. On est bien positionnés. Chaque match à sa vérité, chaque match est difficile et qu’il faut mettre les bons ingrédients à chaque match. Je ne dis pas qu’on ne les a pas mis, mais on les a mis par intermittence. Pour gagner un match, il faut les mettre pendant 90 minutes.

Propos recueillis par Mickaël Nys