Le RC Lens a officialisé une opposition face à West Ham à Bollaert le 30 juillet pour son dernier match de préparation. Gros plan sur un club anglais à l’identité très forte.

West Ham n’a peut-être pas (encore ?) tout à fait la renommée internationale d’autres clubs anglais comme Manchester United et City, Arsenal, Chelsea ou Liverpool, mais c’est un adversaire de très bel envergure qu’a déniché le RC Lens pour refermer sa période de préparation, le 30 juillet à Bollaert. Car en plus d’être dans une bonne dynamique sportive, West Ham United est un club historique du football anglais et particulièrement populaire.

Le club a été créé à Londres en 1895 sous l’identité de Thames Iron Works FC, un nom hérité d’une entreprise spécialisée dans le fer et la construction navale, sous l’impulsion du patron pour divertir et faire jouer les dockers. Une histoire qui peut rappeler les liens entre le RC Lens et la mine. Au moment de la professionnalisation du football anglais à l’aube du 20e siècle, le West Ham United FC trouve son nom, avec son logo frappé de marteaux qui donneront aux joueurs leur surnom connu à travers l’Europe : les Hammers. Ces marteaux ne servent pas que de surnom, ils sont aussi symboliques de l’origine du club, issu du monde du travail et du fer. De grands noms comme Bobby Moore, Stuart Pearce, Teddy Sheringham, Carlos Tevez, Paulo Di Canio, Rio Ferdinand ou Paul Ince ont porté ses couleurs, le bordeaux et bleu.

Un chant qui fait vibrer les tribunes

Les plus cinéphiles ont peut-être aussi découvert une part de l’univers de West Ham et notamment son ancien stade d’Upton Park dans le film de 2005 Hooligans qui choisit le club londonien comme environnement principal pour nous plonger dans le monde du hooliganisme et ses travers. Ce qui ne doit pas servir à résumer les fans des Hammers, réputés pour figurer parmi les plus fervents d’Angleterre et qui sont capables de se déplacer par milliers à travers l’Europe, entonnant dans tous les stades l’un des chants les plus mythiques du Royaume-Uni : I’m forever blowing bubbles ( « Je fais des bulles pour toujours », chanson issue d’une comédie musicale de la fin des années 1910 avant d’être reprise en 1980 par le groupe Cockney Reject. Voir vidéo ci-dessous). Bien que les plus puristes peuvent regretter le temps où West Ham recevait dans le vieux Upton Park (connu aussi sous le nom de Boleyn Ground), stade typiquement anglais avec ses tribunes proches du terrain, les supporters sont environ 58 000 environ pour remplir le stade olympique de Londres où le club évolue depuis 2016.

Si West Ham, 3 fois vainqueur de la FA Cup et d’une Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe (1965) n’a jamais été sacré champion d’Angleterre, c’est un club qui se trouve dans une bonne période. 7e de Premier League la saison dernière, une place synonyme de qualification pour la Ligue Europa Conference, il a atteint les demi-finales de la Ligue Europa, échouant face à Francfort, futur vainqueur. Cela fait 2 saisons de suite que son parcours en championnat lui permet d’accrocher l’Europe. Doté de gros moyens, il vient de recruter le Rennais Nayef Aguerd pour 35 millions d’euros et tente de garder l’ancien gardien lensois Alphonse Areola qui était jusqu’ici prêté par le PSG. Attention notamment devant à l’attaquant international Jarrod Bowen, auteur de 12 buts en Premier League la saison dernière pour l’équipe coachée par David Moyes. Du lourd pour la répétition finale du RC Lens à Bollaert !

Christophe Schaad