Gervais Martel et l’affaire Cichero lors de Bastia-RC Lens en 2011

Le 15 octobre 2011 restera un jour particulier dans l’histoire du RC Lens. Ce jour-là, le Racing se déplace à Bastia pour le compte de la 11e journée de Ligue 2, les Sang et Or ramèneront un point du nul 2-2.


Mais le score n’est pas le plus important lors de cette rencontre, l’opposition va vite dégénérer après une faute de Samba Sow sur Sadio Diallo à 5 minutes de la fin. Une échauffourée débute obligeant l’intervention de plusieurs personnes sur la pelouse. Samba Sow et Gabriel Cichero sont expulsés côté Sang et Or tandis que Gilles Cioni reçoit la même sanction. Dans les couloirs du stade, Gabriel Cichero donne un coup de pied au visage d’Alain Seghi, l’un des actionnaires de Bastia. Victime de plusieurs fractures au nez, pommette et à la tempe, le dirigeant corse portera plainte. Le défenseur lensois sera jugé en correctionnel et sera condamné à 5 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende. Au civil, il sera condamné à 60 000 euros. Sur le plan sportif, il écopera d’une suspension de 10 mois dont 5 avec sursis.

Gervais Martel, le président lensois de l’époque, se souvient de cette sombre affaire : « Quand tu vas jouer à Furiani, tu sais qu’il peut se passer quelque chose […] Un mauvais réflexe. Cette fin de match, je m’en souviens comme si c’était hier. Il y avait un monde sur le terrain. 80 mecs peut-être. Une mêlée indescriptible avec des dirigeants, des remplaçants, des types de la sécurité. Pour sortir du stade, ce fut complexe. On a dû attendre longtemps. Un mauvais souvenir. Mais on n’était pas les premiers. Bastia avait déjà eu des problèmes en ce début de saison. » L’ancien dirigeant Sang et Or revient également sur la suspension de son joueur : « Un vrai coup dur pour notre équipe. C’était un très bon joueur. Il est retourné à Caracas. On a cassé son prêt. »

(Source : L’Equipe)

Ancien entraîneur du RC Lens, Jean-Pierre Papin nouveau coach de Chartres
Jérémy Morel vers Lorient plutôt qu’au RC Lens

  • J'avais complètement oublié cette anecdote et ce joueur  ... Je n'ai jamais pu blairer le SCBastia depuis 1972 (Coupe de France ) et je n'ai jamais plus bu un vin corse ni mangé une clémentine ou un fromage ou une charcuterie corse  depuis ...) Leca m'a un peu reconcilié ...mais pas Cahuzac .Vous vous rendez compte qu'il y a eu à une époque 2 clubs corese en L1 et 2 autres en L2 ? Ahurissant !
    • si on avait que des battants comme cahuzac,on serait 1 er avec 10 points d'avanceAvant que cyril rool n'arrive de bastia,il avait une mauvaise réputation,les gens étaient sceptiques,quelques moiss plus tard, c'est devenu l'idole de bollaert(un battant qui ne lache rien)
    • Fameux match que celui de 72 (2-0) où Pantelic, gardien du SECB plongeait au milieu des pétards que lui lançaient les supporters au milieu de sa surface...                                                                                                                                     L'année suivante, Lens réussissait le tour de force de monter en 1ere division après avoir été pour la première fois de la saison, leader de son groupe à la ...38e journée.                                                                                                                                       Quant au vin et autres mandarines charcuteries d'origine corse et sans oublier le Vieux Lille, je me suis chargé de les goûter à ta place...
  • Un joueur magnifique de la trempe de Radovanovic ...il y  eu  à l'époque de graves problèmes de sécurité à Bastia. Je suis bien content que ce club ait disparu du paysage du foot pro en France, c’était devenu impossible et ça aurait fini par un drame. Quand on voit des gars comme Leca et Cahuzac, on imagine ce que ça devait donner là bas !